ANGEL WAGENSTEIN

Né en 1922 dans une famille juive de Plovdiv, en Bulgarie, Angel Wagenstein a passé son enfance en exil à Paris. Sa famille s’est réfugiée en France dans le but de fuir la répression du gouvernement de l’époque, vis à vis des membres des mouvements communistes et socialistes. Il retourne dans son pays à la faveur d’une amnistie. Durant la Seconde Guerre mondiale, des actes de sabotage lui valent d’être interné dans un camp de travail, d’où il s’évade pour rejoindre les rangs des Partisans. Dénoncé, torturé et condamné à mort, il ne doit son salut qu’à l’arrivée de l’Armée Rouge.
Il début des études cinématographiques à Moscou, puis entame par la suite une brillante carrière de scénariste et de réalisateur.
Auteur d’une vingtaine de longs-métrages et d’autant de documentaires, il a reçu nombre de distinctions internationales, et notamment le Prix Spécial du Jury à Cannes en 1959 pour Étoiles. Son activité antifasciste et antitotalitaire lui a valu d’être nommé Chevalier dans l’ordre du mérite français.
 

Angel Wagenstein au LEC Festival : 

L’auteur bulgare a participé à deux éditions du LEC Festival. Premièrement en 2003, sur le thème Réussir l’Europe, un défi culturel !, enfin en 2004, lors de l’édition Europe, terres d’inspiration. A l’occasion de ces deux salons, deux œuvres de l’artiste étaient présentées.

  • Abraham le poivrot (éditions Les Péninsules, 2002) – traduction d’Eric Naulleau.
  • Adieu Shanghai (éditions Les Péninsules, 2003) – traduction de Krasimir Kavaldjiev.

L’auteur reçoit en 2004 le Prix Jean Monnet de Littérature européenne pour Adieu Shangai. 

Informations complémentaires

Année

,

Ordre alphabétique

Pays

Sélections des Prix

Prix Jean Monnet

Partager

Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur email