A…

Kader Abdolah | 2003

Né en 1954 en Iran, Kader Abdolah a étudié la physique à l’université de Téhéran, publié deux romans en persan et travaillé comme journaliste dans un journal d’opposition avant d’obtenir l’asile politique en 1988 aux Pays-Bas. Chroniqueur pour le journal De Volkskrant, il est aussi l’auteur de recueils de récits et de romans écrits en néerlandais, dont La maison de la mosquée, élu deuxième meilleur livre néerlandais de tous les temps en 2007. Son œuvre a souvent pour objet la vie entre deux cultures et dans la diaspora. En France, il est chevalier de l’Ordre des arts et des lettres.

Cunéiforme, Gallimard, 2003 – traduit du néerlandais par Isabelle Rosselin

Nationalité : Néerlandais

Eliette Abécassis | 2001

Philosophe et romancière, Eliette Abécassis est auteure de thrillers ésotériques et d’essais. Elle intervient régulièrement à la radio (France Inter) ou collabore avec des journaux (Huffington Post, Elle, Le Figaro littéraire) pour poser un regard philosophique sur l’actualité. Engagée dans la défense du droit des femmes et des enfants, elle a créé l’association CorP contre la marchandisation des humains et Exils intra-muros pour la défense des familles dans la rue.

Le trésor du temple, Albin Michel, 2001

Nationalité : Française

Alain Absire | 1995

Prix Femina en 1987 pour L’égal de Dieu (Calmann-Lévy), Alain Absire est l’auteur d’une trentaine d’ouvrages : romans, nouvelles, essais, pièces de théâtre… Officier des arts et des lettres, d’abord critique littéraire (Magazine Littéraire, Figaro Littéraire), il a travaillé dans l’édition comme directeur de collection aux éditions Calmann-Lévy avant de présider la Société des Gens de lettres de 2002 à 2010. Il est aujourd’hui administrateur de la Sofia et vice-président du Prix du Jeune Écrivain.

L’enfant-lune, Julliard, 1995

Nationalité : Français

Galia Ackerman | 2012

Historienne de formation, Galia Ackerman est journaliste, essayiste et spécialiste de l’espace post-soviétique. Directrice de collections, elle est aussi l’autrice de plusieurs ouvrages sur Tchernobyl, dont Tchernobyl, retour sur un désastre (Folio Gallimard, 2007). Elle a traduit un grand nombre d’ouvrages de fiction et d’essais dont ceux de Mikhaïl Gorbatchev, Anna Politovskaïa, Serguei Paradjanov, ou encore la Prix Nobel de littérature Svetlana Alexievitch.

Tchernobyl, retour sur un désastre, Folio, 2007

Nationalité : Franco-russe

Michel Adam | 2011

Michel Adam, ingénieur et sociologue, créateur d’entreprises sociales et solidaires, a publié des ouvrages sur les schémas, l’association, le travail et l’emploi, l’entrepreneuriat. Le livre Jean Monnet citoyen du monde (L’Harmattan) puise au cœur de la pensée de Jean Monnet neuf thèmes qui construisent un véritable manuel d’écologie de l’action.

Jean Monnet, citoyen du monde, L’Harmattan, 2011

Nationalité : Français

Gabriela Adameșteanu | 2006, 2010

Diplômée a l’Université de Bucarest, Gabriela Adameșteanu a travaillé dans l’édition et a dirigé, pendant treize ans, l’hebdomadaire indépendant 22. Lauréate du Prix Hellman Hammett du journalisme (2002), accordé par Human Rights Watch, présidente du Centre Roumain du Pen Club (2004-2006), elle a publié plusieurs romans, recueils de nouvelles, essais et traductions qui font d’elle une figure majeure de la littérature roumaine.

Vienne le jour, Gallimard, 2009 – traduit du roumain par Marily Le Nir. Sélection du Prix Jean Monnet 2010

Nationalité : Roumaine

Milena Agus | 2013, 2017

Vous avez peut-être lu son roman Mal de pierres ? Milena Agus a enthousiasmé le public français avec ce premier roman en 2007. Le succès se propage en Italie et la fait connaître dans les 26 pays où elle est aujourd’hui traduite. Au fil des textes, elle poursuit sa route d’écrivain, singulière et libre. De ses romans elle dit: «C’est ainsi que je vois la vie, misérable et merveilleuse…» Elle vit et enseigne à Cagliari, en Sardaigne, où elle est née.

Sens dessus dessous, Liana Levi, 2016 – traduit de l’italien par Marianne Faurobert

Nationalité : Italienne

David Albahari | 2006

Écrivain de l’ex-Yougoslavie né en 1948, exilé au Canada, David Alabahari entretient une relation difficile avec la question de l’identité, une appartenance compliquée qui occupe l’espace de son œuvre. Il est l’un des écrivains serbes les plus réputé de sa génération. Son roman La Description de la mort a obtenu le Prix Ivo Andrić en 1983.

Globe-trotter, Gallimard, 2006 – traduit du serbe par Gabriel Iaculli et Gojko Lukić

Nationalité : Serbe

Éric Albert | 2015

Installé à Londres depuis 2003, Éric Albert est journaliste pour Le Monde et Radio France. Les ateliers Henry Dougier lui ont confié le volume britannique de leur collection « Lignes de vie d’un peuple », dédiée aux interrogations, aux passions et aux créations des peuples.

Les Anglais, dans le doute !, Ateliers Henry Dougier, 2015

Nationalité : Français

Mireille d'Allancé | 2006

Née en 1958, Mireille d’Allancé découvre l’illustration en Afrique. Elle travaille aujourd’hui en tant qu’autrice et illustratrice à Lille dans un atelier. Appréciant tout particulièrement les échanges avec son lectorat, elle partage son temps entre l’illustration, l’animation et les rencontres. Elle évoque avec humour et tendresse ses souvenirs d’enfance et met en image les relations quelquefois difficiles entre parents et enfants.

Tu peux compter sur ton papa, l’École des loisirs, 2006

Nationalité : Française

Vassilis Alexakis | 2009

À l’âge de 17 ans, le grec Vassilis Alexakis reçoit une bourse et débarque en France (à Lille), pour étudier le journalisme. Après ses études, il rentre en Grèce pour cause de service militaire mais revient s’installer à Paris en 1968 après le coup d’État militaire. Il y travaille en tant que journaliste pour Le Monde et Le Monde des Livres. Auteur d’une importante œuvre romanesque en français et en grec, il a également à son actif des pièces radiophoniques et des dessins humoristiques.

Ap. J.-C., Stock, 2007 – Grand Prix du roman de l’Académie française 2007 / Sélection du Prix des Lecteurs 2009

Nationalité : Gréco-français

Antonio Altarriba | 2011, 2016

Antonio Altarriba est un essayiste, romancier, critique et scénariste de bande dessinée et de télévision espagnol, également professeur de littérature française à l’Université du Pays basque. Lecteur avide et passionné de fiction dès son plus jeune âge, il aime raconter des histoires sans se laisser limiter par un genre ou un format. Né à Saragosse en 1952 dans une famille engagée contre Franco, mais contrainte au silence, il s’en inspire dans une œuvre résolument démocrate et critique du nationalisme.

L’Art de voler, illustré par Kim, Denoël Graphic, 2011 – traduit de l’espagnol par Alexandra Carrasco.

Nationalité : Espagnol

Silvia Avallone | 2013

Silvia Avallone, née en 1984 à Biella dans les Alpes piémontaises, a grandi à Piombino sur la côte toscane avant de poursuivre des études de philosophie à Bologne, où elle vit. D’acier, son premier roman, la propulse très jeune au premier plan de la scène littéraire italienne et internationale. En France, il remporte le Prix des lecteurs de L’Express et connaît un succès immédiat.

D’acier, Liana Levi, 2011 – traduit de l’italien par Françoise Brun. Prix Bouchon de Culture 2013

Nationalité : Italienne

Jacques-Pierre Amette | 1997

Jacques-Pierre Amette est écrivain, scénariste, dramaturge et critique littéraire. Il publie son premier roman, Le congé, en 1965, avant de passer deux ans en Martinique comme journaliste pour France Antilles et correspondant du New York Times. Deux ans plus tard, il rentre à Paris où il intègre la rédaction du Point. Il a également publié sous le pseudonyme de Paul Clément.

Les deux léopards, Seuil, 1997

Nationalité : Français

Henri Amouroux | 1990

Henri Amouroux (1920-2007) est né à Périgueux. Président du jury du prix Albert-Londres, journaliste et historien, il a réalisé de nombreux reportages et émissions sur France Inter et sur TF1. Il a notamment dirigé, entre mars 1968 et septembre 1982, les quotidiens Sud-Ouest, France-Soir et Rhône-Alpes. Il est l’auteur de nombreux ouvrages publiés chez Robert Laffont.

Monsieur Barre, Robert Laffont, 1986

Nationalité : Français

Nicolas Ancion | 2010

Né à Liège en 1971, il publie à 24 ans un premier roman, Ciel bleu trop bleu, qui intrigue la critique par sa poésie absurde et cruelle. De nombreux autres ont suivi, pour les adultes comme pour la jeunesse, dont Quatrième étage, couronné par le Prix des Lycéens en 2001. De Liège à Carcassonne, en passant par Bruxelles ou Madrid, depuis une dizaine d’années, il réinvente le monde à travers des histoires loufoques : des romans, des tas de nouvelles, un fatras de poésies, des feuilletons pour le web, le théâtre ou la radio et bien d’autres choses. Il a séjourné à Cognac en résidence d’écrivain en 2010.

L’homme qui valait 35 milliards, Luc Pire, 2009

Nationalité : Belge

Frank Andriat | 2019

Auteur de nombreux romans pour adolescent·e·s, dont plusieurs best-sellers, Frank Andriat publie aussi des romans pour adultes et des essais. Sélectionné au Prix ALÉ ! 2019, Un sale livre (Mijade, 2016) est un roman humaniste qui raconte la crise migratoire vue par les ados.

Un sale livre, Mijade, 2016

Nationalité : Belge

Yuri Andrukhovych | 2009, 2012

Né en 1960, Yuri Andrukhovych est l’une des figures les plus populaires et les plus controversées de la littérature ukrainienne contemporaine. Poète, essayiste, traducteur, romancier, il a reçu de nombreux prix nationaux et internationaux. Il a publié aux éditions Noir sur Blanc « Remix centre-européen » dans l’ouvrage Mon Europe, coécrit avec Andrzej Stasiuk (2004) et Moscoviada (2007), trajet loufoque à travers la capitale d’une union soviétique qui s’effondre.

Douze cercles, Noir sur Blanc – traduit de l’ukrainien par Irina Bonin

Nationalité : Ukrainien

Claude Andrzejewski | 2002

Né en 1967 en Charente, Claude Andrzejewski a travaillé dix ans sur les marchés avant de parcourir la France en tant que comédien. Après une période difficile, il revient affamé d’une vie nouvelle, et devient écrivain et crieur de rue. Du récit au roman, en passant par la nouvelle, il construit un univers fait de petites choses, sourires, écorchures du quotidien. Avec toujours beaucoup de tendresse dans le regard, et une formidable humanité.

Une petite tristesse, La Dragonne, 2002

Nationalité : Français

Giulio Angioni | 2003

Né en 1939, anthropologue, Giulio Angioni vit et travaille depuis toujours en Sardaigne. Il enseigne l’anthropologie culturelle à l’Université de Cagliari. Il est l’auteur de nombreux romans et essais. Des milliers d’années (éditions du Revif, 2008) est son premier livre traduit en français.

L’Or sarde, Métailié, 2003 – traduit de l’italien par Catherine Sine

Nationalité : Italien

Sophie Apert | 2008

Attachée à Jarnac, Sophie Apert est membre du comité directeur des Explorateurs français et, à ce titre, effectue de nombreux voyages dans l’Arctique et l’Océan Indien. Elle publie ses récits de voyage et réalise des expositions photographiques à leur sujet.

Thevet l’Angoumoisin ou le voyageur en son cabinet, Croit Vif, 2007

Nationalité : Française

Metin Arditi | 2017

Né en 1945 à Ankara, Metin Arditi est l’auteur de plusieurs romans dont Le Turquetto (Actes Sud, 2011). Envoyé spécial de l’UNESCO, il voyage fréquemment au Proche-Orient et préside à Genève la fondation Les Instruments de la Paix. L’Enfant qui mesurait le monde a reçu le Prix Méditerranée 2017.

L’Enfant qui mesurait le monde, Grasset, 2016

Nationalité : Turque

Jakob Arjouni | 1993, 2001

En 1988, Jakob Arjouni débute sa carrière d’écrivain avec une première pièce de théâtre, Les garages. Suivront d’autres pièces de théâtre, radiophoniques, et des romans policiers, qui évoquent les préoccupations du monde urbain contemporain. Kemal Kayankaya, protagoniste récurrent, confronte ainsi le racisme et la xénophobie à Francfort, métropole cosmopolite dont est issu J. Arjouni. Café turc (1992) a été récompensé du prix du polar allemand.

Un ami, Fayard, 2000

Nationalité : Allemand

Claude Arnaud | 1994

Né à Paris en 1955, Claude Arnaud est romancier, essayiste, biographe et critique. Résidant à la Villa Médicis, à Rome, en 1989 et 1990, il publie en 1994 son premier roman, Le Caméléon, qui obtient le prix Femina du premier roman. La même année, la bourse de la Villa Médicis Hors-les-Murs lui est attribuée pour des portraits de ville.

Le Caméléon, Grasset, 1994

Nationalité : Français

Arliette Armel

Critique au Magazine Littéraire, Arliette Armel s’intéresse aux figures de la littérature : elle a consacré plusieurs ouvrages à Marguerite Duras, Michel Ragon et une biographie volumineuse à Michel Leiris. Mais les personnages mythologiques la retiennent aussi : elle a dirigé le volume consacré à Antigone chez Autrement (1999).

Nationalité : Française

Bruno Arpaia | 2002

Bruno Arpaia est né en 1957 à Ottaviano, dans la province de Naples. Licencié de Sciences Politiques, il enseigne l’Histoire américaine à l’Université de Naples avant de débuter une carrière de journaliste pour Le Matin et La République en Italie. Traducteur de l’espagnol, conseiller éditorial et journaliste, il a publié trois romans avant Dernière frontière. Avec ce quatrième roman, auquel il a consacré huit années de recherches, il s’est imposé au public, à la presse italienne et à la critique qui lui a attribué le Premio Selezione Campiello.

Dernière frontière, Liana Levi, 2002 – traduit de l’italien par Fanchita Gonzalez Batlle

Nationalité : Italien

Elizabeth Åsbrink | 2018

Née en 1965 à Göteborg en Suède, Elisabeth Åsbrink est journaliste et écrivaine. Ses ouvrages ont été récompensés par de nombreux prix littéraires, dont le prix August (l’équivalent du Goncourt en Suède) et le prix Kapuscinski. 1947. L’année où tout commença est en cours de traduction dans dix pays.

1947. L’année où tout commença, Stock, 2018 – traduit par Françoise et Marina Heide

Nationalité : Suédoise

Pieter Aspe | 2010

Né à Bruges en 1953, Pieter Aspe a abandonné des études de sociologie et pratiqué divers petits boulots avant de se consacrer pleinement à l’écriture en 1996. Sa série mettant en scène les policiers Van In, Versavel et Martens remporte un immense succès aux Pays-Bas et dans la partie néerlandophone de la Belgique. Pleines d’humour, de tendresse mais également de petites touches de réflexion sur le fonctionnement des administrations belges, de la vie sociale en Belgique, ses enquêtes, adaptées en série télé, se situent toutes dans la jolie cité flamande de Bruges et ses environs.

Le collectionneur d’armes, Albin Michel, 2009 – traduit du néerlandais par Marie Belina-Podgaetsky. Sélection du Prix des Lecteurs 2010

Nationalité : Belge

Bernardo Atxaga | 1992

Bernardo Atxaga (de son vrai nom, José Irazu) est né en 1951 à Asteasu au Pays Basque. Il est l’un des auteurs les plus prometteurs de la jeune génération littéraire en Espagne et l’auteur en langue basque le plus lu et traduit. En français, il a notamment publié Deux frères, Obabakoak et L’Homme seul chez Bourgois, ainsi que Un cheveu sur la langue aux éditions Le Serpent à Plumes. Pour les enfants, il a écrit Les Mémoires d’une vache paru en premier lieu aux éditions Gallimard avant d’être repris par La Joie de lire. Bernardo Atxaga a remporté le prix national de la narration pour Obabakoak, ouvrage traduit en dix langues.

Mémoires d’une vache, Gallimard jeunesse, 1992 – traduit par André Gabastou

Nationalité : Espagnol

Yvan Audouard | 1994

Yvan Audouard (1914-2004) fut journaliste, dialoguiste, scénariste et romancier. Auteur de livres humoristiques, de pamphlets, de romans policiers (Antoine le Vertueux), il a notamment publié Lettre ouverte aux cons (1974), La connerie n’est plus ce qu’elle était (1993), Monsieur Jadis est de retour (1994), prix Paul-Léautaud, et Le Sabre de mon père (1999). En 2006, ses récits provençaux ont été réunis dans la collection « Bouquins » : Tous les contes de ma Provence.

Provence, Bergère de lumière et de vent, Robert Laffont, 1994

Nationalité : Français

Isabelle Autissier | 2015

Isabelle Autissier est la première femme à avoir accompli un tour du monde à la voile en solitaire. Elle est l’autrice de romans, de contes et d’essais, dont Kerguelen (Grasset, 2006), L’amant de Patagonie (Grasset, 2012) et, avec Erik Orsenna, Salut au Grand Sud (Stock, 2006) ainsi que Passer par le Nord (Paulsen, 2014). Elle préside la fondation WWF France.

Soudain, seuls, Stock, 2015. Prix Club Soroptimist 2015

Nationalité : Française

Claire Auzias | 2014

Historienne et sociologue, Claire Auzias étudie particulièrement l’histoire des peuples Rroms, auxquels elle a consacré plusieurs de ses ouvrages. Avec Les poètes de grand chemin (Michalon), elle nous entraîne à leurs côtés de Belgrade à Sarajevo, de Tirana à Bucarest, de Mostar à Zagreb et aborde les grands thèmes de la culture romani : l’identité, l’a-territorialité, la discrimination. Une réflexion sur la condition des Rroms qui préfigure la fin des nations du sol et du sang.

Les poètes de grand chemin. Voyage avec les Roms des Balkans, Michalon, 1998

Nationalité : Française

Auður Ava Ólafsdóttir | 2013

Explorant avec grâce les troublantes drôleries de l’inconstance humaine, Auður Ava Ólafsdóttir poursuit, depuis Rosa candida, une œuvre d’une grande finesse, qui lui a valu notamment le Nordic Council Literature Prize, la plus haute distinction décernée à un écrivain des cinq pays nordiques.

L’embellie, Zulma, 2012 – traduit de l’islandais par Catherine Eyjólfsson. Sélection du Prix Jean Monnet des Jeunes Européens 2013

Nationalité : Islandaise

Christine Avel | 2006

Cet auteure française née en 1968 s’égare dans la finance, vire cap au sud pour une ONG et retrouve le nord en écrivant. Double foyer est son premier roman, suivi du recueil de nouvelles L’Apocalypse sans peine. Nos petites obsessions et leurs effets drôles ou graves, sur nos vies ordinaires ; voilà le fil de ces douze nouvelles : un archéologue, dans son bain, rêve de l’Atlantide ; un comptable prédit la fin du monde dans les fumées d’un barbecue. L’une se complaît dans de mystérieuses démangeaisons ; l’autre prête à Malraux des vertus aphrodisiaques.

L’Apocalypse sans peine, La Dilettante, 2006 – Prix Jean Monnet des Jeunes Européens 2006

Nationalité : Française

Sophie Avon | 1993

Sophie Avon fait ses études à Bordeaux et à Paris (au cours Florent), vit une année à Amsterdam, puis entreprend un voyage à la voile de neuf mois qui la mène du Sénégal au Brésil, avant de rejoindre la France. Elle délaisse alors le théâtre pour se consacrer à l’écriture. Son premier roman, Le silence de Gabrielle, paraît en 1988. Elle est également critique de cinéma et intervient au « Masque et la Plume » sur France Inter.

Les Hauts-Fonds, Gallimard, 1993

Nationalité : Française