Z…

Alfonso Zapico

Né en 1981 en Espagne, Alfonso Zapico travaille pour l’édition jeunesse, la publicité et le Web. En 2010, il reçoit le prix Auteur révélation de FICOMIC-Salón del Cómic de Barcelona pour l’édition espagnole de La guerre du professeur Bertenev (2006, éditions Paquet). Avec Café Budapest, il met en scène les communautés arabe, juive et occidentale dans la Palestine de la fin des années 40. Actuellement, il écrit et dessine un roman graphique consacré à l’écrivain irlandais James Joyce.


Chabname Zariâb

Chabname Zariâb, née à Kaboul en 1982, vit aujourd’hui à Paris et partage son temps entre cinéma et littérature.
Prix Jean Monnet des Jeunes Européens 2015 : Le Pianiste Afghan – L’aube


Spöjmaï Zariab

Née en 1949 à Kaboul, Spöjmaï Zariab commence à publier ses nouvelles à l’âge de 17 ans. Formée à la Faculté des Lettres et à l’école des Beaux-Arts de Kaboul, elle fuit l’oppression soviétique en 1991 et s’exile avec son mari à Montpellier.
Confrontée à l’exil, elle tente quotidiennement le grand écart entre ici et là-bas, l’avenir et le passé, la création littéraire et les tâches domestiques.


Valérie Zenatti

Valérie Zenatti est née à Nice en 1970. Elle s’installe en Israël avec ses parents et sa sœur en 1983, à Beer-Sheva, en plein cœur du Néguev. Elle y fait son service militaire entre 1988 et 1990, durant la première Intifadah, dans les services de renseignements. Puis suit une année d’histoire et de sciences politiques à l’Université hébraïque de Jérusalem. De retour en France en 1990, elle passe une maîtrise de langue et littérature hébraïque aux Langues’O. Journaliste-radio, professeur d’hébreu ensuite, elle se consacre depuis plusieurs années exclusivement à l’écriture. Elle a publié plusieurs livres pour la jeunesse dont Quand j’étais soldate et Une bouteille dans la mer de Gaza.
Romancière, elle est l’auteur de En retard pour la guerre et Les Âmes sœurs (Éditions de l’Olivier, 2006 et 2010). Mensonges, paru en 2011, est un récit qui se fait l’écho de l’œuvre de Aharon Appelfeld, dont elle est par ailleurs la traductrice. Et Jacob, Jacob Prix du livre Inter 2015.

 


Zoran Živković

En quête d’un livre savoureux, joyeux… Plongez-vous dans le roman de l’auteur serbe Zoran Živković L’écrivain fantôme (éditions Galaade, traduit par Gojko Lukić). Quand un écrivain en panne d’inspiration se met à sa table pour travailler, peut-il résister à la tentation de consulter sa boite mail ? Puis de répondre – surtout quand chaque message l’interpelle et le défie ? Assiégé de toutes parts par différents admirateurs, l’écrivain finit par se sentir victime d’un étrange complot. Le seul « ami » avec lequel il entretient une relation autre que virtuelle, à la fois tendre, drôle et réciproque, est un gros chat nommé Félicien. Mais le mystère s’épaissit : qui sont donc tous ces correspondants ? Laissez-vous guider et entrez dans l’atelier de l’écrivain !