T…

Antonio Tabucchi

Né à Pise en 1943, Antonio Tabucchi a reçu en 1986 le Prix Médicis du roman étranger pour Nocturne indien. Professeur de langue et de littérature portugaises, ce romancier italien est passionné par la culture et la littérature du Portugal, et notamment par l’écrivain Fernando Pessoa, dont il a, avec sa femme, traduit toute l’œuvre.
En 1995, il reçoit le Prix de la Littérature européenne : Pereira prétend – éd. Bourgois – Traduit de l’italien par Bernard Comment. Le protagoniste de ce roman devenu un symbole pour l’opposition de gauche à Silvio Berlusconi. Grand voyageur, ses livres ont été traduits dans une vingtaine de langues.


Virgil Tanase

Prix de littérature de l’Union latine et Prix de dramaturgie de l’Académie roumaine, Virgil Tanase est né en 1945 à Galatzi en Roumanie. Il fait des études de lettres avant d’être admis dans la classe de mise en scène de l’Institut de théâtre de Bucarest. Interdit à la publication dans son pays, il s’établit en France en 1977. Devenu écrivain de langue française, il est l’auteur d’une douzaine de romans et d’autant de pièces de théâtre. Après 1989, ses écrits ont été publiés également en Roumanie.
Il met en œuvre dans ses romans une nouvelle forme de construction littéraire : la  « métaphore narrative » qui associe des récits disparates dont le voisinage projette une signification qu’aucun ne peut imposer par lui-même.


Samko Tale

Ecrivain slovaque énigmatique, Samko Tale ; (pseudonyme de Daniela Kapitanova) a fait des études de dramaturgie à Prague, puis exercé au Théâtre régional hongrois de Kamarno en Slovaquie, où elle vit jusqu’à présent. Le Livre du cimetière, paru en 2000, aborde des sujets contemporains divers et sérieux (la partition tchécoslovaque, la cohabitation d’ethnies diverses…).
Elle se consacre à des chroniques radiophoniques et a publié en 2005 son deuxième roman, Que ça reste en famille.


Jean-Claude Tardif

Né en 1963 à Rennes, Jean-Claude Tardif a publié une dizaine de recueils de poèmes dont De la vie lente (La dragonne, 1999), et des récits dont L’homme de peu (La dragonne, 2002), Louve peut-être (La dragonne, 2005). Il anima plusieurs revues et des rencontres avec des écrivains et des artistes. Depuis 2003 il s’essaye à la prose, et certaines de ses nouvelles ont été publiées dans différentes revues. Il vit en Normandie non loin du Havre.


Jeanine Teisson

Elle s’est lancée dans l’écriture au milieu de sa vie. Cela explique sans doute pourquoi elle a le désir de mettre la vie dans ses livres, d’aborder tous les genres : nouvelles, contes, romans, récits autobiographiques, SF, roman historique, de même joie et gravité, sérieux et fantaisie et d’écrire pour les enfants, les adolescents, les adultes. Avant d’écrire, elle a pratiqué divers autres métiers : enseignante, éducatrice, clown, couturière. Son premier roman La petite cinglée (1996 – éditions Climats) a obtenu le prix du premier roman de Chambéry et le prix Antigone.


Bruno Tessarech

Né en 1947, Bruno Tessarech devient enseignant après des études de lettres et de philosophie. Il quitte l’enseignement et la région parisienne pour se consacrer à l’écriture. Il est notamment l’auteur de Villa Blanche. Dans son livre Pour Malaparte, il brosse un magnifique portrait de Malaparte, le célèbre auteur de Kaputt. Il publie Les Sentinelles chez Grasset en 2009.


Takis Theodoropoulos

Takis Theodoropoulos est né à Athènes en 1954. Après des études de lettres et un séjour en France – il a notamment collaboré à Libération -, il a très vite publié ses premiers livres, en même temps qu’il exerçait la profession de journaliste culturel. Repéré comme l’un des chefs de file de la nouvelle génération des romanciers grecs. Il a publié en grec une demi-douzaine de romans et une pièce de théâtre.
En octobre 2005 parait Le Roman de Xénophon chez Sabine Wespieser éditeur ainsi qu’un essai sur la relecture des textes classiques chez Flammarion dans la collection  L’Atelier du roman. Son dernier récit, L’Invention de la Vénus de Milo, a été publié chez Sabine Wespieser éditeur en mai 2008.


David M. Thomas

Gallois, né en Angleterre en 1959, David M. Thomas, fils d’ouvrier, a été partie prenante de la grande grève des mineurs britanniques dans les années 80. Il écrit en français et vit en France.
Son premier roman, Un plat de sang andalou, publié chez Quidam éditeur en 2009, est un récit retraçant la vie des républicains espagnols d’Almeria, de la guerre civile à la défaite, des camps de la mort nazis à la dictature du général Franco.


Arni Thorarinsson

Né en 1950 à Reykjavik, Arni Thorarinsson est journaliste dans différents grands journaux islandais, participe à des jurys de festivals internationaux de cinéma et a été organisateur du Festival de cinéma de Reykjavik. Le temps de la sorcière (publié aux éditions Métaillié en 2007) nous plonge dans la culture islandaise et sa mythologie, et traite de la solitude et du silence que l’on trouve en Islande. Ses romans sont traduits en Allemagne et au Danemark.


Carl Frode Tiller

Carl Frode Tiller est né en 1970 à Namsos. Il est à la fois écrivain, historien et musicien. Il débute en 2001 avec le roman Sknininga. Il a obtenu pour Encerclement plusieurs distinctions littéraires scandinaves et européennes.


Wojciech Tochman

Né en 1969 à Cracovie, Wojciech Tochman  travaille depuis 1990 comme reporter pour le quotidien Gazeta Wyborcza. Auteur et animateur de l’émission télévisée Ktokolwiek widzial, ktokolwiek wie (Qui a vu, qui sait ?) entre 1996 et 2002, il est le fondateur et travailleur bénévole de l’association ITAKA, spécialisée dans la recherche des personnes disparues et le soutien aux familles. En 2002, Wojciech Tochman a été nominé pour le prix Dariusz Fikus, décerné par le journal « Rzeczpospolita » pour la qualité de ses récits qui s’inscrivent dans la pure tradition du reportage littéraire, notamment ses textes sur l’ancienne Yougoslavie « .
Son livre Mordre dans la pierre a été traduit en français et publié aux éditions Noir sur Blanc en 2004.


Olga Tokarczuch

Olga Tokarczuk est née en Pologne en 1962, non loin de Zielona Gora, où ses parents dirigent une université populaire. En 1972, ces universités sont dissoutes et la famille Tokarczuk déménage. Si la famille paternelle est originaire de Silésie depuis des générations, le père fait partie de ces personnes déplacées d’Est en Ouest à la fin de la guerre. L’adolescente perçoit avec intensité le sentiment d’étrangeté qui règne parmi des êtres qui ont perdu les objets et les lieux qui faisaient leur quotidien pour vivre entre des murs dont d’autres hommes ont été chassés. Le décalage entre l’histoire des habitations et le vécu des hommes instaure un intervalle où le relationnel et l’irrationnel s’affrontent.
Auteure de poésie, de romans, de nouvelles et d’essais, son œuvre est saluée par la critique comme par le public. Parmi ses livres traduits en français, on compte Dieu, le temps, les hommes et les anges, publié en 1998, et Maison de jour, maison de nuit, publié en 2001. Elle a reçu plusieurs prix littéraires en Pologne et dans d’autres pays


Jachym Topol

Fils du dramaturge dissident Joseph Topol et petit-fils de l’écrivain Karel Schulz, Jachym Topol vit à Prague. Écrivain tchèque contemporain, il appartient à la littérature underground tchèque, et il a fondé du périodique littéraire Revolver Revue. Après des années de clandestinité au cours desquelles il publie des recueils de poèmes, écrit des chansons. Son premier roman Sestra est une véritable histoire d’amour pour exposer la situation humaine compliquée, imprégnée par le scepticisme intellectuel.


Bernardo Toro

Bernardo Toro, né en 1964 à Santiago du Chili, vit en France depuis une vingtaine d’années. En 1983, il décide de quitter son pays afin de poursuivre des études de lettres à Paris. En 1987, il soutient à l’université Paris IV un mémoire de DEA sur l’œuvre de Marcel Proust. Depuis, il travaille comme professeur de français dans la région parisienne.
Contretemps est son premier roman. Il a participé au recueil de nouvelles Nouvelles Odyssées, dirigé par la Cité nationale de l’histoire de l’immigration. Il dirige actuellement la revue Rue Saint Ambroise, publication trimestrielle consacrée à la fiction courte contemporaine.


Alberto Torres Blandina

Né à Valence en 1975, Alberto Torres Blandina est écrivain, musicien, auteur de théâtre, journaliste… En 2007, il reçoit le prix international de la nouvelle pour Le Japon n’existe pas. Si vous n’aimez pas les longues attentes dans les aéroports, ce livre est pour vous. Dans un terminal, un balayeur bavarde avec les passagers en attente, devine leur destination, leur donne des conseils et raconte des histoires passionnantes sur ses voisins. Un livre plein d’humour et de notes de bonheur.


Rekaya Toumi

Rekaya Toumi vit dans le Sud de la France. Elle dirige actuellement le projet pour la construction d’un complexe touristique à vocation culturelle dans le centre de la Tunisie et préside l’Association d’échanges socioculturels entre femmes : Les Méditerranéennes.
Née à quarante ans est un récit du long combat que mène une femme pour sa liberté : de l’enfance dans une tribu nomade à l’exode rural et aux faubourgs de Tunis, puis à l’immigration et l’intégration dans le Sud de la France.


Yvon Toussaint

Ancien directeur- rédacteur en chef du quotidien Le Soir, Yvon Toussaint a publié aux Editions Fayard Les Barons Empain, Le Manuscrit de la Giudecca et L’Autre Corse.


David Trueba

Écrivain, scénariste et réalisateur né en 1969, David Trueba a remporté un grand succès avec Savoir perdre, publié dans plusieurs pays et couronné par le Grand Prix National de la Critique en 2008. À Madrid aujourd’hui, une adolescente, un cadre au chômage, un vieux professeur de piano et un footballeur argentin vont éprouver le désir de gagner et la douleur de perdre. Ce grand roman choral brosse un portrait décapant, lucide et désenchanté de notre époque, de ses rêves de victoire et de ses innombrables défaites.


Magdalena Tulli

Née en 1955, Magdalena Tulli appartient à la génération d’écrivains polonais marqués par le traumatisme de la Seconde Guerre mondiale et la censure du régime communiste. Ses œuvres lui ont valu des distinctions nationales. Son premier livre, Des rêves et des pierres, est récompensé en 1997 du Prix de la Fondation Koscielski, tandis que son second et troisième livre (Dans le rouge et Tryby)sont nommés au prix NIKE en 1999 et en 2004.


Agata Tuszynska

Agata Tuszynska, écrivain et journaliste polonaise, a à son actif plusieurs livres, dont trois recueils et trois best-sellers. Sa biographie d’Isaac Bashevis Singer Les Paysages de la mémoire, traduite dans plusieurs langues lui a valu la reconnaissance de la critique internationale et le succès en librairie. Son style novateur et son approche originale des sujets délicats rangent Tuszynska parmi les meilleures plumes de l’école polonaise du reportage littéraire, à l’instar de Ryszard Kapuscinski ou de Hanna Krall.


Georges Tyras

Professeur de langue et littérature espagnoles contemporaines, Georges Tyras est chercheur au Centre d’études et de recherches hispanistes de l’université Stendhal de Grenoble. Il porte ses recherches sur la littérature en Espagne des XXe et XXIe siècles, notamment la production romanesque de l’après franquisme.