O…

Daniel Odija

Auteur d’un recueil de nouvelles et de romans, Daniel Odija est considéré comme une des voix littéraires les plus originales de la jeune génération polonaise. Ancré dans les réalités de la Pologne contemporaine après la chute du Mur, La scierie est le récit de l’ascension et de la chute de Jozef Mysliwski.


Jean-Pierre Ohl

Jean-Pierre Ohl est libraire à la librairie Georges de Talence (33).  Il intervient également comme formateur à l’IUT Métiers du livre de Bordeaux, et a publié son premier roman, Monsieur Dick ou le dixième livre (Gallimard, 2004) ; son second roman est paru en 2008 chez le même éditeur.


Audur Ava Olafsdottir

Avec un énorme succès et des prix littéraires, son roman Rosa Candida nous a charmés. Avec L’Embellie, c’est l’histoire d’une femme libre et d’un enfant prêté le temps d’un voyage autour de l’Islande. Ce roman d’initiation nous enchante par cette relation cocasse, attentive, émouvante entre la voyageuse et son jeune passager, ainsi que par sa façon libre et allègre de prendre les burlesques et parfois dramatiques péripéties de la vie. Un vrai bain de jouvence littéraire !


Virginie Ollagnier

Née à Lyon en 1970, Virginie Ollagnier est formatrice en communication écrite et en ergonomie, photographe pour un festival de cinéma et scénariste de la bande dessinée Kia Ora. Son premier roman Toutes ces vies qu’on abandonne se déroule à Annecy en décembre 1918. Son second livre, L’incertain, est inspiré par une grand-mère particulièrement moderne.
Prix Jean Monnet des Jeunes Européens 2007 : Toutes ces vies qu’on abandonne – éd. Liana Levi


Sean O'Reilly

Né en 1969 à Derry, deuxième ville d’Irlande du Nord après Belfast, théâtre du tragique « Bloody Sunday » en 1972, Sean O’Reilly est surtout pour le public français l’auteur de La Ballade de Dublin, rédigée en 2004. Si le romancier n’en est pas à son coup d’essai, c’est à ce jour l’unique œuvre née de sa plume qui a été publiée dans les pays francophones en janvier 2006. Comme le titre l’indique, l’auteur convie son lecteur dans les différents lieux de Dublin, ville aux multiples facettes.
Avant cette reconnaissance et ce succès international, Sean O’Reilly a publié sa première œuvre en 2000, un recueil de nouvelles, intitulé Curfew and Other Stories. L’auteur se lance ensuite dans l’écriture de romans. Avant La Ballade de Dublin, il rédige Love and Sleep qui paraît en 2002. Watermark est son dernier roman, édité en 2005. Il vit aujourd’hui dans le comté de Clare, à l’ouest de l’Irlande.


Ludmila Oulitskaïa

Née en 1943 en Azerbaïdjan où ses parents avaient été évacués pendant la guerre, Ludmila Oulitskaïa vit à Moscou. Elle est l’auteur de nombreux romans et nouvelles, ainsi que de plusieurs scénarios de films. Parmi ses œuvres les plus connues, on trouve : Les pauvres parents, Sonietchka couronnée en 1996 par le prix Médicis étranger, Un si bel amour et autres nouvelles, Le cas du docteur Koukotski et enfin Sincèrement vôtre, Chourik. Ludmila Oulitskaïa est l’un des auteurs russes les plus lus dans le monde. Ses œuvres sont largement traduites et diffusées à l’étranger, principalement en Allemagne. En France, elle est publiée dès la fin des années 80 chez Gallimard.


Jean-Luc Outers

Né à Bruxelles en 1949. En 1993, il a obtenu le prix Rossel pour Corps de métier (La Différenc ) et, en 1995, le prix AT&T pour La Place du mort  (La Différence). Le prix Rossel des jeunes lui a été décerné en 2008 pour son roman Le Voyage de Luca (Actes Sud).


José Ovejero

Né à Madrid en 1958, José Ovejero partage sa vie entre Bruxelles et Madrid. Mauvaise année pour Miki porte bien son titre : animateur radio solitaire, amateur de jeux vidéo et de sites porno, Miki voit sa routine bouleversée par la mort de son fils, puis de sa femme assassinée dans des conditions troublantes. Il reste cependant indifférent et froid, reclus dans son univers virtuel, tandis que l’enquête sur la mort de sa femme piétine.


Helen Oyeyemi

Née au Nigéria en 1984, Helen Oyeyemi vit à Londres. Jeune auteur prodige, elle a écrit son premier livre à dix-neuf ans : La Petite Icare, Plon. Entre modernité et héritage classique, dans les pas des soeurs Brontë, d’Henry James ou d’Edgar Poe, Helen Oyeyemi, récompensée par le prix Somerset Maugham, nous offre avec son troisième roman Le blanc va aux sorcières un conte gothique et hypnotique, à la Tim Burton, et renouvelle le récit de la maison hantée, inscrivant les frissons qu’il provoque au coeur même de notre époque.