H…

Hubert Haddad

Hubert Haddad est poète, romancier, essayiste. Vous le connaissez sans doute, vous avez peut-être lu son roman Palestine, si c’est le cas ou non, découvrez-le vite et plongez-vous dans la lecture d’Opium Poppy, son dernier livre paru aux éditions Zulma. Un roman fort tout en poésie qui traite de la guerre en Afghanistan, du trafic d’opium à travers la vie d’Alam, enfant soldat.


Theo Hakola

Theo Hakola est né en 1954 à Spokane dans l’Etat de Washington. En 1978, il s’installe en France où il devient une figure importante de la scène musicale. Après la séparation de son groupe Passion Fodder en 1991 et six années passées à Los Angeles, il revient à Paris où il continue l’exploration de ses racines folk, country et rock, tout en se consacrant à l’écriture.
Il a publié son premier roman, La Route du sang, dans lequel certains personnages de La Valse des affluents voient déjà le jour, au Serpent à Plumes en 2001. Le sang des âmes a été publié en 2008 aux éditions Intervalles.


Hugo Hamilton

Né en 1953 à Dublin, Hugo Hamilton est journaliste et écrivain, il a écrit un roman autobiographique à la fois lucide et tendre, Sang impur (The Speckled People), qui lui valut le prix Femina étranger en 2004 et qui lui apporta le début de la renommée en Irlande. Ce livre fut rapidement soutenu par des auteurs comme Colum McCann. Il y raconte son enfance dans le Dublin de l’après guerre, ses relations houleuses avec son père et sa perception très particulière de ses langues maternelles, l’allemand et l’irlandais.
Dans Déjanté, dure vie que celle de flic dans le Dublin d’aujourd’hui : la violence, la drogue, le progrès quoi ! Et voilà qu’on vous crucifie un gus ! Mais tout n’est pas perdu : la Guiness coule à flot, et PAT Coyne, chevalier exemplaire, est là qui vous protège.


Xavier Hanotte

Né en 1960 en Belgique, Xavier Hanotte vit près de Bruxelles. Philologue et germaniste, il a traduit quelques-uns des plus grands romanciers flamands et néerlandais contemporains, ainsi que le poète anglais Wilfried Owen (Le Castor Astral).


Dag Johan Haugerud

Né en 1964 en Norvège, Dag Johan Haugerud est écrivain et réalisateur de courts-métrages. Il est aussi le co-rédacteur en chef d’un fanzine, Amatør.
À son premier roman publié en Norvège en 1999 et salué par la critique succède On est forcément très gentil quand est très costaud.


Attila Hazai

Attila Hazai, hongrois d’origine, est un écrivain, scénariste et traducteur littéraire.
Dans son roman Le Bleu du sucre, le personnage de Feri se retrouve face à de graves troubles provoqués par la dépendance au sucre, ce poison blanc. Rescapé d’hôpital psychiatrique de retour à Budapest, Feri se livre à une enquête dont l’objet ne lui apparaît que peu à peu : la recherche de son identité perdue. Jusqu’au « happy end » trop beau pour être vrai, Feri, alias Attila Hazai nous plonge sans ménagement dans un récit obsessionnel aux allures policières, un univers glauque où l’humour se teint de bleu et de noir : âmes sensibles s’abstenir.


Gert Heidenreich

Gert Heidenreich, né en 1944 près de Berlin, partage aujourd’hui sa vie entre Munich et la Normandie. Jusqu’à la fin des années 60, il a écrit des pièces pour la radio et le théâtre. Deux volumes de poèmes et trois recueils de nouvelles font également partis de son palmarès. Il a gagné le prix Marie-Louise Fleisser pour son livre d’essais et de conférences sur la littérature et la politique. Il a également présidé le Pen Club de l’Allemagne réunifiée.


Christoph Hein

Christoph Hein est né en 1944 à Heizendorf en Silésie. Un an plus tard, sa famille s’installe dans une petite ville de Saxe. La RDA ne lui permettant pas de fréquenter le lycée, il est contraint de faire ses études dans un lycée de Berlin-Ouest. Après la construction du Mur, la RDA lui refuse également l’inscription à l’université. C’est à Leipzig et à Berlin qu’il étudiera finalement la philosophie et la logique, après avoir été tour à tour monteur, libraire, garçon de café, journaliste, acteur et assistant du metteur en scène suisse Benno Besson à la Volksbühne, théâtre berlinois alternatif. Il retournera d’ailleurs dans ce théâtre, d’abord comme conseiller littéraire, puis comme auteur maison. Il quittera ses fonctions en 1979 pour se consacrer uniquement à l’écriture.
Célèbre pour son œuvre dramatique – il a écrit une vingtaine de pièces de théâtre – il l’est tout autant pour ses récits. La censure imposée par les autorités de l’ancienne RDA ne l’a pas empêché de devenir dans les années 1980 une instance morale permettant aux citoyens critiques ou dissidents de se libérer de la dictature. Ses interventions publiques en 1989, ses mises en garde contre l’euphorie qui suivit la chute du Mur et ses prises de parole dans l’Allemagne réunifiée ont fait de lui l’un des intellectuels allemands les plus importants de son époque.


Bertina Henrichs

Bertina Henrichs, née à Francfort en 1966, vit en France depuis plus de quinze ans. Après des études de lettres et de cinéma, elle est devenue scénariste de documentaires et de fictions. Fascinée par la lumière et les couleurs des îles grecques, où elle a souvent séjourné – ce qui rend son récit si authentique- , elle écrit La Joueuse d’échecs, son premier roman, directement en français, adapté au cinéma en 2009 avec Sandrine Bonnaire. Elle s’amuse d’ailleurs en se souvenant que son sujet de thèse à Jussieu portait sur les écrivains qui ont changé de langue en exil !


Anne Herbauts

Née en 1975, cette jeune artiste belge aime explorer des pistes de narration sous toutes ses formes : livres pour la jeunesse, bandes dessinées, courts-métrages, films d’animation. Avec une vingtaine d’albums et plusieurs bandes dessinées à son actif, Anne Herbauts poursuit à travers ses livre son exploration du temps, un de ses sujets de prédilection. Une artiste sensible et en perpétuelle recherche, qui a su en peu de temps imposer ses formes d’écriture et sa griffe dans le paysage du livre pour la jeunesse.


Stefan Hertmans

Né à Gand (Belgique) en 1951, Stefan Hertmans enseigne à l’Académie des Beaux-Arts de sa ville natale. Il est considéré comme l’un des meilleurs auteurs flamands de la nouvelle génération. Il écrit des romans, des nouvelles, des essais littéraires et philosophiques, de la poésie et du théâtre. Il a reçu de nombreux prix, dont le prix Triennal de la communauté flamande en 1996.


Anne Holt

Anne Holt, née en Norvège en 1958, ancien ministre de la justice, procureur, avocate, journaliste à la télévision, est l’auteur de séries policières qui connaissent un immense succès dans les pays scandinaves. Une erreur judiciaire est le premier volume d’une nouvelle série mettant en scène les enquêteurs Vik et Stubg. Elle est considérée comme une figure de proue du polar norvégien.
Dans La Mort du démon (Odin, 2002), Hanne Wilhelmsen enquête dans un foyer d’accueil pour mineurs où la directrice a été assassinée. Pour ce livre, Anne Holt a obtenu le Prix des libraires norvégiens. Au-delà de l’intrigue policière dont elle sait nous faire partager tous les rouages, elle dresse aussi un tableau sans complaisance de la société scandinave, réputée pourtant vertueuse mais que la corruption et les failles du système judiciaire ne semblent pas épargner.


Peder Hove

Après avoir été pilote de chasse, Peder Hove, né en 1939 au Danemark, devient instituteur et se consacre rapidement à l’écriture. Dans son roman Un jour en mars, nous sommes au printemps 1945 ; six mois que la France est libérée, mais l’Allemagne n’a pas capitulé. Outre-Rhin, les combats font rage. Sur la base de Fersfield, dans l’est de l’Angleterre, on prépare dans le plus grand secret la destruction de l’immeuble Shell, siège de la Gestapo, en plein centre de Copenhague. C’est le roman de cette opération que Peder Hove nous fait vivre de l’intérieur.


Jabbar Y. Hussin

Né à Bagdad en 1954, Jabbar Y. Hussin vit près de La Rochelle depuis 1992. Issu d’une famille chiite, mais élevé dans un milieu laïque et de gauche, il adhère au Parti communiste à l’âge de 14 ans et devient responsable de la Jeunesse communiste à Bagdad. Arrêté trois fois alors qu’il est encore lycéen, il démissionne du PC en 1973, à la suite de son alliance avec le parti Baas. En 1976, informé de son arrestation imminente pour activisme d’extrême gauche, il quitte clandestinement l’Irak pour la France. Avec des amis réfugiés, il fonde « Aswat » (« voix »), première revue d’opposition à Saddam en France.
Depuis une vingtaine d’années, il se consacre à la littérature. Il a publié une dizaine de livres, dont Un ciel assombri d’étoiles, Adieu l’enfant, Paroles d’argile.